03/02/2009

La déformation est un exercice quotidien... pour certains

 

Au vu des nombreux messages reçus depuis la diffusion de l'émission "Au Quotidien" ce mardi 3 février (lien direct un peu plus bas), dont certains sont manifestement et courageusement écrits par la même personne anonyme malgré des signatures différentes (c'est fou ce qu'on peut déceler grâce à l'informatique) et surtout pour éviter de me répéter inutilement, voici une réponse groupée à ceux qui contesteraient l'honnêteté de ma démarche et de celle des "2% de réfractaires".

Je prie ceux qui ont l'envie de communiquer de lire ceci avant de poster, je suis prêt à discuter ou débattre avec toute personne honnête qui aura pris connaissance de ce petit résumé.

 

Pragmatisme VS idéologie ? Non. Si on se place d'un point de vue strictement pragmatique, se planter une puce (contenant carte d'identité, cartes de banque, carte SYS et cartes de fidélité) dans le bras, ce serait encore plus pratique à ce compte-là, mais je suppose que vous-même, vous y verriez un inconvénient idéologique...

 

Blague à part, le plus difficile dans ce genre d'exercice, c'est de bien se faire comprendre... Je ne dis pas que le reportage était parfait mais en quelques minutes, difficile pour les journalistes de faire passer toutes les subtilités du débat et il y en a, croyez-moi.

 

Depuis le début de cette affaire, je m'évertue à être le plus cohérent et le plus clair possible sur ce blog et ailleurs, alors encore une fois :

Je ne remets pas en cause l'informatisation du procédé. Ni moi ni aucun des "2%" n'a parlé de robotisation des relations famille-école.

La seule chose que je demande, ainsi que les autres parents qui font partie des "2%", c'est qu'on ne soit pas "forcés" d'utiliser cette puce qui n'est pas indispensable.

Oui, je soutiens que la puce n'est pas indispensable, et ne pas utiliser la puce ne veut pas dire refuser l'informatisation.

Comme cela a été dit et redit, il y a moyen d'être encodé sur les ordinateurs de poche (PDA) des accueillantes manuellement. Cela ne change rien à toutes les étapes qui suivent (encadrement, facturation, ...)
C'est exactement à cela que nous demandons d'avoir droit. Sans remettre le reste du système en cause.

De plus, encoder manuellement les présences sur les PDA va quasiment aussi vite qu'en scannant les badges. Au point que plusieurs gardiennes m'ont déjà dit que dans certaines conditions, elles préféraient même cette méthode d'encodage.

Notre demande ne cause donc aucun désagrément... aucun. Et nous sommes en recherche de dialogue depuis le début. C'est bien le refus de réel dialogue qui nous pousse à camper sur nos positions.


En résumé,

Nous ne déformons pas les propos de nos interlocuteurs
Nous ne diabolisons pas nos détracteurs
Nous ne rejetons pas le progrès
Nous ne demandons même pas que l'on jette les puces
Nous voulons simplement avoir le droit de ne pas les utiliser pour nos enfants, sans gêner personne et sans subir aucune contrainte financière injustifiée.

Lorsque nous aurons ce droit, nous applaudirons avec vous la réussite de la mise en place de ce système informatisé.

schéma2


23:06 Écrit par Jean Louyest (un parent d' dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Anonyme? Pas moi, cher Jean! Je m'appelle Baudouin de Crombrugghe , je n'ai jamais publié sous un autre pseudo que celui de mon VRAI prénom ... et Je reposte ici, cher Jean!
Si vous me visez, c'est raté et je vous met au défi de le prouver.

J'ai vu l' émission "au quotidien" du 3/2/2009 à propos des puces de cartables.
Je suis parent de deux enfants allant dans une école de La Bruyère et je ne suis en aucun cas lié à un politicien local (on ne sait jamais!).
Je fait partie des 98% (!!!) de parents qui ont choisi d'utiliser la puce et certainement pas parce que c'est une question de prix comme on l'a ridiculement et tendancieusement laissé entendre à la RTBF ce mardi 3/2/2009.
Contrairement à vous, je trouve ce système génial et très utile.
Je dis OUI ou BRAVO quand un politicien -peu importe sa tendance- est créatif pour faciliter la vie des citoyens...
... Comme je lui dirait MERDE ou NON -peu importe sa tendance aussi- s'il générait des complications irréalistes sur le mode de vie du citoyen ou favoriserait des intérêts particuliers au détriment de la communauté.
La puce est donnée GRATUITEMENT par la commune!!! Normal : Elle s'y retrouve très rapidement financièrement.
La puce à attacher aux cartables est très bon marché, le nombre d'appareils de captation des données est, dans le cas présent de La Bruyère, limité à un seul par école et il n'est pas très coûteux lui non plus.
Ce système a un réel avantage pour les gardiennes, les parents, les enfants et les gestionnaires du temps de garde au niveau de la sécurité et du gain de temps ... et c'est nettement PLUS que les prétendues cinq secondes (l'encodage met plus de temps et en plus, on ne tient pas compte des gains de temps annexe dans l'argumentaire anti) selon "l'analyse" des opposants.
La portée de ces RFID (7,5 cm) est tellement faible qu'il faut souvent toucher le porte-clef comportant le RFID avec l'appareil de lecture pour que la captation soit possible.
Le risque pour la vie privée est maîtrisé et ce système permet vraiment des économies et du gain de temps dont les premiers bénéficiaires sont les enfants ... et la sécurité (Les gardiennes peuvent s'occuper des enfants au lieu d'encoder!).
La sécurité des enfants est ACCRUE en gagnant ces quelques secondes d'encodage... et la sécurité est parfois une affaire de quelques secondes d'inattention!
Demandez aux gardiennes ce qu'elles en pensent de cette facilité sur le terrain!
Les parents ont cependant le choix et c'est très bien ainsi. Ca permet d'exercer une pression démocratique par "le vote des pieds" sur l'innocuité du système en matière de vie privée. Les 2% ont donc aussi leur utilité.
Ces 2% (!!) qui ont choisi de ne pas l'utiliser (c'est possible!) sont d'ailleurs AUSSI contrôlés mais manuellement comme avant l'arrivée des puces RFID.
La principale différence est que la précision est moindre manuellement et l'arbitraire (je te donne une quart d'heure par-ci ou je te compte jusqu'à la demi heure suivante si tu m'emm...) est ici possible bien plus qu'avec l'électronique plus neutre que l'individu.
J'ajoute qu'étant très attaché au principe du respect de la vie privée, si je connaissais un quelconque abus, je n'hésiterais pas -comme d'autres parents- à changer de système... Mais ce n'est pas le cas ici.
Le système est réellement transparent et honnêtement géré et d'ailleurs, pour ma part, je ne vois pas où est le risque si d'autres connaissent -à posteriori (!)- le moment d'entrée et de sortie de mes enfants.
Ce système est consciemment utilisé au vu, au su et à l'agrément de tous les intervenants : Enfants, Parents, Gardiennes, Ecoles et Commune.
Ceux qui ne souhaitent pas profiter de ce système sont vraiment libres de le faire. Pas d'entourloupe, donc!
Sur le prix, il est cependant juste que les parents opposés bénéficient d'un compromis qui ne les obligent pas à payer l'intégralité de l'augmentation de coût due à leur choix préférentiel de l'ancien système "manuel".
A propos du soi-disant risque de fréquence sur les RFID, l'émission est ridiculement basse comparée à celle d'un GSM et les RFID existent partout dans les magasins qui, eux, sont bien moins contrôlés... et ils vous accompagnent souvent à votre insu chez vous et même parfois SUR vous.
Un RFID est minuscule et peut être indécelable mais ici, Il ne s'agit pas de puce implantée. Les parents s'y opposeraient d'ailleurs probablement - à juste titre, je pense.
Les puces de cartables sont bien visibles, contrôlables et palpables manuellement (un porte-clef).
Il existe même des tapis truffés de RFID qui vous suivent pas-à-pas ou des magasins qui vous identifient à votre insu lors de vos courses. Là, il y a vraiment abus et danger à craindre pour la vie privée!!!
Les RFID comportent certainement un risque potentiel pour la vie privée ...mais dans le cas précis qui nous intéresse (les garderies), c'est FAUX et ce n'est absolument pas le cas!!!
Les idéologues, même si leur mise en garde peut-être utile, gagneraient à tenir un peu plus compte de la réalité de terrain avant d'entrer en guerre de cette façon intégriste.
Peut-être risqueront-ils un jour de voir en réaction un mouvement politique qui se revendiquera ouvertement d'un "idéal" simplement pragmatique!
Concrètement, c'est une expérience REUSSIE et elle a l'avantage de respecter les choix, ce qui est trop rare (suivez mon regard vers la Communauté Française)!
Trop logique pour vous? Peut-être faut-il encore quelques débats "contradictoires" avec une seule personne (représentant les 98%) favorable face à cinq ou six opposants (représentant les 2%!) pour changer la conviction des gens?
Oui, ça m'a vraiment révolté de constater ce mardi 3/2 le côté scandaleusement tendancieux de cette émission!
Honteux! Des intellos auraient aisément pu faire faire un parallèle avec la presse d'un pays totalitaire! C'est ce mauvais journalisme qui me fait réagir ici.
On l'a déjà vu lors d'un cas d'école (d'une TV Belge) célèbre dans le monde entier pour prouver le pouvoir modificateur de la presse directe sur l'opinion.
Ce règne d'une minorité médiatique sur une majorité silencieuse, ce matraquage médiatique tendancieux peut très bien modifier l'opinion mais dans ce cas, l'avantage est tel que ça ne marchera pas!
De tout temps, il y a toujours eu des résistances éculées contre la modernité mais quand celle-ci comporte comme ici un réel avantage, elle finit toujours par être adoptée... et utilisée y compris au profit des opposants, d'ailleurs (Voyez l'adoption d'internet dans les pays totalitaires).
Faites simplement un sondage chez TOUS (!) les parents et les enfants concernés (et non la surexposition médiatique d'un rarissime parent opposé ... mais très motivé!) ...et vous tomberez de votre nuage!

Si ce blog est vraiment démocratique, mon propos restera.
Oui, je me suis déjà fait effacer ailleurs sur des blogs prétendument ouvertement contradictoires.

Écrit par : Baudouin | 04/02/2009

Certes, pas vous... Bonjour Baudouin,

Merci pour vos précisions dont je viens de prendre connaissance. Il n'y avait pas lieu de vous sentir visé, je ne parlais que de petits commentaires assassins postés sans aucune volonté de débat constructif.
L'exemple de la puce sous la peau est bien entendu une boutade, soyons clair...
Cela dit, je lis encore dans votre texte que vous croyez toujours que nous voulons revenir à l'ancien système ce qui n'est pas du tout vrai : dans le système mis en place actuellement, il y a moyen d'encoder les présences avec un "stylet" fourni avec l'appareil. Cela ne prend raisonnablement pas plus de temps pour les accueillantes ni personne d'autre.

Ce point essentiel étant définitivement éclairci j'espère, pour préciser à mon tour à tête reposée et refroidie, je suis parfaitement conscient depuis le début que je fais partie d'une petite minorité de gens qui comme vous le dites ont leur utilité.

Je suis le premier à déplorer les proportions qu'a pris cette affaire (j'ai d'autres occupations beaucoup plus intéressantes) mais quand on suit l'affaire depuis le début, on se rend compte que nous demandons depuis le début une solution qui ne coûte rien à personne, qui ne prend pas plus de temps aux accueillantes, qui ne remet pas en cause le système. Chaque fois que nous communiquons, nous soulignons l'intérêt de la solution trouvée par l'échevin. C'est le refus de tout dialogue constructif de sa part qui pour moi est la cause de tout ce ramdam. Nous sommes persuadé être dans notre droit le plus légitime. Ce droit est ignoré et nous le défendons.

Encore une chose : Vous dites en substance que les 27€ supplémentaires sont peu de chose pour une commune aisée. Vous avez raison en partie sur ce point (quoique tout le monde n'est pas riche pour autant à LB), il ne s'agit pas d'argent mais d'un principe d'égalité. A partir de combien d'euros une "discrimination" serait-elle inacceptable ?

Bien à vous,

Écrit par : Jean Louyest | 04/02/2009

Sur le principe d'égalité, je vous rejoint complètement, cher Jean.
... Quoique si l majorité était vraiment vache, elle ne vous laisserait même pas ce choix ... ironiquement au nom précisément de l'égalité!
Sur l'écoute, je suis aussi d'accord sur le fait qu'il serait plus poli et convivial que l'opposition soit au moins écoutée.
Il est évident que dans ce cas, le respect du principe d'égalité ne leur coûterait pas grand chose.
Le coût devrait être le même quel que soit le choix et sans avantage quelconque en temps ou en argent pour l'une ou l'autre partie.
... Ca leur imposerait d'encoder manuellement à la minute près... Les gardiennes vont être heu-reuses!
Heureusement qu'une seule dizaine d'élèves est concernée!

... et pour les post insultants, je suis d'accord.
Le débat, oui. Même chaud... Mais l'insulte, non!

Écrit par : Baudouin | 04/02/2009

Il ne nous reste plus qu'un point d'incompréhension apparemment :
L'encodage manuel sur l'ordinateur de poche à la minute près ne prend pas plus de temps pour les gardiennes que le scannage des badges. Notre proposition ne change donc rien pour elles.

Écrit par : Jean Louyest | 04/02/2009

Simplement mon avis Bonjour,
je suis parent de 2 enfants qui vont à l'école à La Bruyère.
Je travaille comme consultant informatique dans le milieu des administrations communales. Pour préciser, je ne travaille pas à l'administration de La Bruyère mais je suis bien au courant du système mis en place. Je préfère ne pas citer mon nom car cela pourrait m'être reproché dans le cadre de mon travail.
J'ai pu constater au départ que les informations circulant sur le système mis en place étaient souvent erronées. Ecolo initialement a réagi et alerté une série d'acteurs sur base de fausses informations. Etant écolo dans l'âme et votant écolo, j'ai été déçu par les propos erronés avancés (ce qui ne m'empêchera pas de continuer à voter écolo car je soutiens l'écologie et estime que l'erreur est humaine). Hélas (et c'est humain) je crois qu'il est difficile de reconnaitre ces erreurs et que la fierté humaine pousse parfois à continuer dans une mauvaise voie. Je n'ai en tout cas jamais entendu ces premiers détracteurs revenir sur ces informations erronées. Quelles étaient-elles ? Que le système consistait en un portique permettant de lire les puces à distance (ce qui n'est pas du tout le cas comme chacun a pu le constater: il est parfois "difficile" de lire la puce avec le lecteur juste contre celle-ci) et à la présence d'informations personnelles sur les puces (il y a seulement un numéro d'identification qui n'est même pas le numéro de registre national). Je serais évidemment contre un système de portique mais dans le cas présent il s'agit seulement d'un système de notation automatique. Aucune information supplémentaire n'est "captée" par le nouveau système. Toutes les informations traitées l'étaient déjà auparavant mais de manière manuelle. Il ne faut pas non plus oublier que les administrations communales disposent déjà de toutes les informations personnelles de leurs citoyens et que leur utilisation est réglementée et contrôlée. Par exemple, n'importe quel agent communal ne peut pas y accéder sans autorisation ou si cela ne se justifie pas dans le cadre de sa fonction. La commission de protection de la vie privée a d'ailleurs approuvé le système sur base d'un dossier qui lui avait été envoyé.
J'entends bien que certains ne sont pas contre le système mais militent simplement pour ne pas utiliser la puce et préférer l'encodage manuel sur le PDA (agenda électronique de poche). Hélas un élément que vous ne mentionnez pas consiste en l'erreur humaine. Lors d'un pointage avec la puce, il n'y a quasi pas d'erreur possible. Lors de la sélection avec le stylet, la gardienne doit sélectionner le nom dans une liste sur un petit écran et il ne faut pas oublier que certains ne sont vraiment pas à l'aise avec ce genre d'appareils. Et cela s'est vérifié suite à la première facturation envoyée par la commune. Il y a eu une série de pointages erronés et ces pointages étaient manuels !! Et évidemment au désavantage de parent utilisant la puce puisque l'erreur ne peut se faire que dans ce sens. Donc pour moi ce système manuel présente des failles et engendre une perte de temps pour les personnes qui doivent encoder et celles qui doivent corriger les erreurs.
Vous êtes contre le fait que les puces soient attachées au cartable ou que les enfants aillent "pointer", mettez-les dès lors à votre porte clé (chaque parent peut en avoir une) et allez la présenter vous-même à la gardienne. Dans mon cas, les puces sont aux cartables de mes enfants mais c'est moi qui les présente à la gardienne (comme la majorité des parents à ce que je constate). Comme toujours par rapport aux enfants, ce ne sont pas des petits faits comme ceux-là qu'ils vont retenir, mais c'est le dialogue qu'on a avec eux et ce qu'on leur explique. Il y a bien d'autres faits divers bien plus traumatisants pour les enfants... Je pense que la commune ne ferme pas le dialogue et laisse le choix de ne pas utiliser le système. Mais toute chose a ces avantages et inconvénients, et dans ce cas, il s'agit d'une facturation plus importante. C'est comme cela mais chacun a le choix...
Quant à la réaction des médias, je suis d'accord avec un message précédent. Que font-ils à l'heure actuelle : rechercher le sensationnel et présenter les choses comme chocantes. Pourquoi : car cela fait plus vendre, plus d'audience. Ou est le vrai journalisme d'investigation ? Ou est le journalisme indépendant qui dénonce les vrais problèmes ? On comprend mieux pourquoi le pays en est là, pourquoi les politiques ne s'attaquent pas aux vrais problèmes ou aux problèmes à plus long terme, pourquoi certains politiciens peuvent autant abuser de leur pouvoir en toute impunité...
Beaucoup de choses pour lesquelles les personnes qui montrent autant d'énergie à débattre de puces (alors que bien d'autres systèmes déjà en place permettent d'en savoir beaucoup plus sur chacun) auraient du pain sur la planche... C'est qui m'a fait vraiment sourire (de désillusion?) c'est l'intervention de la ligue des droits de l'homme pour ce genre de chose (dans un article présentant de nouveau des affirmations erreurs). Ou sont les priorités !!
Bien à vous

Écrit par : un parent d'élève | 04/02/2009

Merci pour votre avis pondéré, circonstancié et intéressant. Vous semblez en effet être bien au courant de la situation. Au point qu'il m'est difficile de vérifier certaines de vos informations (lorsque vous affirmez que les erreurs des premières facturations sont dues aux encodages manuels), mais je tâcherai de me renseigner.

Concernant le parti que vous citez, comme je l'ai déjà écrit en commençant ce blog en septembre, j'insiste encore sur le fait que cette initiative provient d'une démarche personnelle, je ne mets en avant dans ce blog aucune conviction ni combat politique au sens politicien du terme, je ne vais donc ni les défendre ni les attaquer ici. Ni eux, ni les autres formations politiques d'ailleurs. D'autant que la fierté humaine, source d'entêtement dont vous parlez peut se retrouver dans chaque camp politique.

Vous parlez aussi de priorité. Où se trouve-t-elle ? A mon sens, ce n'est pas dans 50 ans qu'il faudra se poser la question de savoir s'il fallait prendre des précautions ou pas en cette matière. C'est bien dès le début de la mise en place d'une nouvelle technologie qu'il y a lieu de se poser des questions, c'est à dire aujourd'hui en l'occurrence. Si la Ligue des Droits de l'Homme, la Commission de la Protection de la Vie Privée entre autres vont dans le sens d'un libre choix (donc sans contrainte), ce n'est pas pour me faire plaisir. C'est sans doute qu'ils ont retenu une certaine cohérence dans cette logique.

Concernant le reportage de la Une, tout est évidemment question de point de vue. J'ai eu exactement la même réaction que vous en voyant un reportage réalisé par Canal C à Meux il y a quelque temps, qui présentait l'introduction du système sans aucune contreverse. Je me suis alors demandé où était le journalisme d'investigation, où étaient les journalistes qui témoignaient d'une indépendance par rapport au pouvoir et parlaient des vrais problèmes. J'ajoute qu'un autre reportage, pour la RTBF radio dans le cadre de l'excellente émission "Transversalles" (http://podaudio.rtbf.be/pod/_Transversales_13-12-08_6349579.mp3) a également été réalisé. Et par un journaliste dont le professionnalisme est très largement reconnu. Pour l'avoir rencontré à cette occasion, je ne pense pas qu'il ait entrepris ce travail par recherche de sensationnalisme. Je pense que ces journalistes ont estimé qu'il s'agissait d'un sujet de société qui méritait de l'attention et ont fait leur travail comme il l'entendaient. C'est tout ce qu'on leur demande. Ils auront au moins eu le mérite de faire naître cet échange courtois et fouillé.

Bien à vous,

Écrit par : Jean Louyest | 05/02/2009

98% / 2%. D'ou viennent ces statistiques?

Il n'y a pas 98% des parents qui ont leurs enfants à la garderie.
Et il reste que la facturation différenciée EST une discrimination

On ne pourra pas me faire croire que 98% des parents sont favorable à quelconque discrimination.
Quid de la majorité "silencieuse"?

Arrêtez d'utiliser ces pourcentages fallacieux!
La solution est si simple...
Pierre Mélotte


Écrit par : Pierre Mélotte | 12/02/2009

Les commentaires sont fermés.